L’écriture : l’apprentissage de la patience

janvier 26, 2011

L’écriture. Qu’on pratique cette activité solitaire en professionnel ou, comme moi-même, en pur amateur génère ou développe de nombreuses qualités : maîtrise de la langue, du vocabulaire, de la grammaire, effort de recherche, réflexion…

Il y aussi une qualité, qui parfois malgré nous, se développe de jours en jours, sans qu’on ait pu la soupçonner avant d’avoir écrit la moindre ligne. La patience fait partie de jeu. Qu’on le veuille ou non.

Patience dans l’élaboration du récit. Que ce soit pour une nouvelle ou un roman, l’auteur construit peu à peu son récit, en prévoit les scènes, les personnages, les intrigues, le dénouement… Cela prend du temps et de l’énergie. Avant même d’écrire une seule ligne – je parle pour mon cas- l’auteur a déjà depuis longtemps pensé à la structure que prendra son oeuvre. Chatouillé par l’envie de se lancer dans la phase d’écriture, la tentation est alors grande de bâcler cette première étape.

Patience dans l’écriture. On dit que l’oiseau fait son nid petit à petit. Pour l’auteur, c’est pareil. Après la première pierre de construction, voilà que l’auteur se lance dans l’écriture qui le démangeait depuis fort longtemps. Dès le prologue ou la mise en place de l’intrigue, il aimerait arriver aux scènes importantes, aux moments d’actions voire même aux scènes finales. Mais attention, le roman se construit progressivement, les chapitres ont chacun leur rôle et leur place dans le récit et la fin ne trouve son intérêt que parce qu’ils existent.

Patience ensuite dans la re-lecture. Moment ingrat mais indispensable pour relever fautes d’orthographe, de grammaire, incohérence, oublis, coquilles… L’auteur qui connaît parfois son texte quasiment par coeur a l’impression de le survoler une nouvelle fois. Il faut pourtant s’y replonger pour traquer les imperfections.

Patience dans la recherche d’éditeur. Je n’ai pas le chiffre exact des maisons d’éditions présentes en France mais je crois pouvoir affirmer sans beaucoup me tromper qu’il en existe des milliers. Des très grosses qu’il est inutile de présenter tant leurs livres inondent le marché, des petites voire des micro-structures amoureuses du verbe et prêtes à tout pour faire émerger de nouveaux auteurs. Tel un chemin de croix, l’auteur part à la recherche de celle qui voudra bien de son manuscrit. Le chemin est long, les éditeurs mettent nos nerfs à rude épreuve et attendent parfois 6 mois avant de répondre.

Patience enfin dans le processus éditorial. Une fois l’éditeur trouvé, le manuscrit accepté, le contrat signé… eh bien il ne reste plus qu’à attendre. Un livre ne se fait pas en quelques jours. Maquette, re re lecture, re re correction de l’auteur, de l’éditeur, bon à tirer, validation, démarches administratives…

Le bonheur de voir son livre est au bout de ce chemin ! Chers collègues auteurs : soyez patients !

Publicités

Une Réponse to “L’écriture : l’apprentissage de la patience”

  1. Tellement vrai tout ça ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :